?

Log in

 
 
15 mars 2014 @ 23:43
[Trad] M Girl 2011/2012 {Aiba Masaki}  


Mgirl (M) : Pouvez-vous nous expliquer le thème de ce numéro ?
Ninagawa Mika (Ninagawa) : En fait, j'ai eu plein de retour et de commentaires disant qu'ils voulaient voir la situation « si Aiba-kun était mon petit-ami » une nouvelle fois (référence au numéro printemps/été 2009 où Aiba-kun a fait sa première apparition dans Mgirl). J'ai pensé que je voulais le voir en vêtements traditionnels japonais.
Aiba Masaki (Aiba) : Oui.
Ninagawa : Ouais, je pense que c'est sexy.
Aiba : Hey, c'était quoi le mot déjà ?
Ninagawa : « Triangle de dieu ».
Tous : (rire)
Aiba : Le triangle de dieu, c'est ça (rires).
Ninagawa : LE TRIANGLE DE DIEU ! (On appelle le meilleur équilibre de l'ouverture sur la poitrine le « Triangle de Dieu »)
Aiba : C'est vraiment un bon terme.
Ninagawa : Oui. J'ai un truc particulier avec le torse.
Aiba : Vous avez tendance à faire des shoots en kimono ?
Ninagawa : Peut-être plus que les autres photographes. J'aime ça. Mais vous portiez un kimono la première fois qu'on s'est rencontré.
Aiba : Oui !
M : Quand était-ce ?
Ninagawa : Quand j'ai photographié Arashi pour un calendrier. On leur a fait porter des kimono de femme.
Aiba : C'est vrai, on portait du rouge à lèvre.
Ninagawa : C'était plutôt sensationnel.
Aiba : Ca l'était.
Ninagawa : Nous avons fait connaissance comme ça.
Aiba : Et vous m'avez photographié en premier.
Ninagawa : Mais après j'ai pensé que je ne vous avais jamais vraiment vu dans un kimono normal. Je savais que ça vous irait.
Aiba : C'est la première fois que je porte des vêtements japonais et occidentaux en même temps.
Ninagawa : Vraiment ? C'était cool.
Aiba : J'ai aimé la façon dont l'habilleuse pour le kimono et le styliste ont collaboré.
Ninagawa : Je suis sûre que c'était une collaboration difficile. Quand j’ai parlé à Takao-san, le styliste, au téléphone avant ça, nous nous sommes complètement embrouillés (rires). Mais quand on vous a vu habillé, j’étais confiante dans le fait que tout irait bien. Ca n’est pas du tout excentrique.
Aiba : Peut-être en raison des couleurs automnales ?
Ninagawa : C’était fabuleux.
Aiba : Vous avez aimé ?
Ninagawa : J’adore travailler avec vous. Dites-moi, à quoi vous pensez quand vous vous faites photographier ?
Aiba : Eh bien, pas grand-chose en fait.
Ninagawa : Vous savez, on se voit une fois tous les six mois. Vous aviez l’air heureux, comparé aux fois précédentes.
Aiba : Vraiment ?
Ninagawa : Oui, vous aviez l’air énergique.
Aiba : Eh bien, je suis vraiment moi-même aujourd’hui. Quand j’ai rencontré Mika-san pour la première fois, j’étais très nerveux.
Ninagawa : Parce que vous aviez peur de ce que j’allais vous faire faire ?
Aiba : Exactement. Je pensais, qu’est-ce qu’elle essaie de me faire faire (rires) ?
Tous : (rires)
Aiba : Oui, les deux premières fois pour Mgirl j’étais nerveux. Puis j’ai commencé à apprécier ça sans être si nerveux. La fois précédente (Mgirl 2011 printemps-été) nous avons fait des photos de nuit à l’extérieur et j’ai beaucoup aimé ça. J’ai pensé « Oh Mika-san fait aussi des shooting normaux. Elle est normale. » (rires).
Tous : (rires)
Ninagawa : Tous ça à cause de notre première rencontre.
Aiba : Le kimono sensationnel (rires).
Ninagawa : On devient normaux.
Aiba : J’aime cet endroit, aujourd’hui. C’est rustique et un peu rural…
Ninagawa : Oui je l’aime aussi. Aiba-kun vous devenez quelqu’un de mâture maintenant. C’est pour ça que j’ai pensé que les kimonos vous iraient. Normalement les jeunes enfants n’ont pas l’air aussi sexy en les portant. Mais vous étiez fantastique.
Aiba : Nous avons fait trois poses aujourd’hui.
Ninagawa : Oui. Je suis contente que nous nous soyons amusés aussi. Parce que je pense toujours « Oh, il essaie de paraître heureux » ou « Il a l’air fatigué ».
Aiba : Il y avait des fois comme ça (rires). Mais aujourd’hui était la fois la plus cool pour moi, au niveau du planning. Nous venons de terminer nos concerts au Kokuritsu Kyogijo et je recharge mes batteries.
Ninagawa : Mais vous avez vos activités régulières. Ca semble déjà être trop… Vous savez comme je vous vois régulièrement ? Je crois que je commence à saisir votre état.
Aiba : Comme « Il a l’air bien aujourd’hui » (rires) ?
Ninagawa : Je ne peux pas vraiment dire comment vous vous sentez avant de vous voir, alors j’essaie de me montrer flexible avec tout.
Aiba : Je suis content d’entendre ça ! La fois la plus dure fut celle à l’hôtel (Mgirl 2009-2010 Automne/Hiver). J’étais tellement fatigué de mon emploi du temps chargé. Il était minuit quand on a fait ce shooting.
Ninagawa : Mais vous étiez tellement sexy.
Aiba : Vraiment ?
Ninagawa : Oui. Vous êtes venu après un tournage de pub pour la télé. Alors en ce moment vous avez du temps pour vous faire plaisir en faisant des choses que vous aimez ?
Aiba : Oui, j’ai le temps.
Ninagawa : Qu’est-ce que vous faites ?
Aiba : Oh, j’ai été au match de baseball au Tokyo Dome. Les Chiba Lotte Marines contre les Hokkaido Nippon-Ham Fighters !
Ninagawa : Ca a l’air amusant.
Aiba : J’adore les Lotte. Et j’adore regarder le baseball en buvant des bières !
Ninagawa : Les gens ne vous reconnaissent pas ?
Aiba : Ils regardent tous le jeu (rires). Et j’étais installé à une place spéciale.
Ninagawa : Quelle place spéciale ?
Aiba : Les gradins grand champ, là où tout le monde est très excité.
Ninagawa : C’est super ça !
Aiba : Ouais. Oh et j’ai été à Yakushima.
Ninagawa : C’est vrai, j’ai voyagé en avion avec la JAL hier et j’ai lu le magazine du vol et je vous ai vu dans un paysage de Yakushima (rires). Je vais aussi à Yakushima à la fin du mois. Alors j’étais surprise.
Aiba : J’ai vu des tortues pondre à Yakushima.
Ninagawa : Vraiment ?
Aiba : Je suis aussi allé à la source chaud sur la plage. Il y a cette source chaude uniquement accessible à marée basse à Yakushima.
Ninagawa : Je devrais peut-être essayer d’aller là-bas.
Aiba : Mais c’est un peu embarrassant. Il n’y a rien autour. Vous allez juste dedans et regardez la mer.
Ninagawa : Est-ce que l’eau est chaud ?
Aiba : Oui, elle l’est. Mais si l’eau de mer rentre dedans, elle devient froide. On ne peut y aller que quand la marée est basse.
Ninagawa : Intéressant.
Aiba : Et quand j’étais dans la source chaude, une vieille dame y est entrée.
Ninagawa : QUOI ?
Tous : (rires)
Aiba : J’ai supposé qu’elle était du coin, mais elle n’en avait visiblement rien à faire.
M : Tous nus ?
Aiba : Comme voila1 !
Tous : (rires)
Ninagawa : Oh non !
Aiba : Les femmes du coin sont si fortes. C’est leur manière d’être.
Ninagawa : Wow… C’est un peu choquant.
Aiba : Je sais.
Ninagawa : Ce n’est pas une question de bien ou de mal c’est juste… déroutant. Mais c’est une expérience intéressante que vous avez eu.
Aiba : Oui, et j’ai vu des bébés tortues sortir de leurs œufs et courir vers la mer.
Ninagawa : C’est super !
Aiba : C’était émouvant.
Ninagawa : J’ai hâte de faire mon voyage maintenant !
Aiba : J’ai aussi été au Shiratani Unsuikyo et au Yakusugi Land. J’ai été là-bas pour mon travail de narrateur pour un film. J’ai aussi vu des animaux sauvages.
Ninagawa : Ca a l’air amusant. Et après ça ? A quoi ressemble votre emploi du temps ?
Aiba : Il n’est pas si mal cette année. Mais nous partons en tournée à partir de Janvier.
Ninagawa : Encore des jours chargés pour vous !
Aiba : C’est vrai. Et on ne sait jamais ce qui va arriver pour la fin de l’année…
Ninagawa : Hey, pourquoi devenez-vous si différent quand je pointe un appareil vers vous ?
Aiba : Différent ? Vous dites toujours ça mais je ne sais vraiment pas. Je suppose que c’est vous qui me changez.
Ninagawa : Je ne sais pas. J’adore simplement prendre des photos de vous et je pense vraiment que vous êtes attirant.
M : Il était superbe aujourd’hui aussi.
Ninagawa : Oui ! L’ouverture sur le buste aussi. La zone du triangle (rires) ! Vous savez quand je dis qu’une même chose peut être bonne ou non à montrer ? Montrer le buste n’est pas toujours sexy.
Aiba : C’est un ajustement subtile mais difficile à faire.
Ninagawa : C’est grâce à l’habilleuse de kimono de « Tsukikage » (marque de kimono) ! Je crois que c’est un truc de femme. Elle l’a fait à la perfection.
Aiba : Oui, je ne pense pas que je puisse faire la différence.
Ninagawa : Je ne pense pas non plus. C’était amusant comme vous avez essayé de couvrir vos parties privées quand j’ai dit « ne l’ouvrez pas trop » (rires).
Aiba : C’était déroutant.
M : Pour finir, quelles sont vos projets pour le prochain numéro ?
Aiba : Je suis impatient !
Ninagawa : J’aimerais que nos lecteurs me mailent pour me dire quel genre de Aiba-kun ils veulent voir (rires).
Aiba : L’opinion de tout le monde…
Ninagawa : Si vous pouvez me twitter ou écrire un commentaire sur mon blog (rires).
M : Les requêtes sont les bienvenues sur le blog ou le twitter de Mika-san !
Ninagawa : Toutes les suggestions sont les bienvenues. Et nous ferons de notre mieux pour faire de vos rêves une réalité. Tout ça en ignorant les envies de Aiba-kun (rires).
M : C’est nouveau !
Aiba : Alors vous allez vraiment ignorer mes souhaits (rires)?
Ninagawa : Oui, tout comme aujourd’hui. « Ouvrez votre décolleté ! OUVREZ LE ! »
Aiba : Sans mon consentement…
M : C’est vrai, nous n’avons jamais vraiment demandez si vous étiez d’accord ou non (rires).
Aiba : Mais c’est bon. C’est comme ça que nous fonctionnons (rires).
Ninagawa : Je suis contente que vous me laissiez carte blanche. Vous déchirez ! Ok, j’attends vos suggestions !

_______
1 En français dans le texte